Les harpes les plus couramment enseignées dans les conservatoires sont la harpe celtique et la grande harpe (ou harpe à pédales).

Auprès de certains professeurs spécialisés, et dans certains conservatoires ou associations, il existe un enseignement de harpe ancienne, de harpe double et triple, de harpe a simple mouvement, de harpe traditionnelle celtique, irlandaise, bretonne, et de harpe chromatique.

Au niveau du style, vous pourrez aussi trouver des cours de jazz.

Voici une série de questions que l’on peut se poser avant de commencer :

A quel âge peut-on apprendre à jouer de la harpe ?

On peut commencer à tout âge.

L’essentiel pour progresser sera de travailler régulièrement et plus on s’entraine, plus on apprendra vite.

Raisonnablement, l’âge idéal pour commencer serait autour de 7 ans.

On peut commencer avant, avec des jeux, en imitation, et avec une pédagogie bien adaptée.

Par expérience, un débutant adolescent ira bien plus vite, et un adulte encore plus.

Tout sera une question de temps de concentration, de temps de travail à la maison, et bien sûr de motivation… le don ne vient que bien loin derrière.

Sur quelle harpe faut-il commencer ?

Il est exceptionnel de pouvoir débuter sur harpe à pédales.

Généralement au préalable on commence sur harpe celtique, avec des cordes en boyau si l’on préfère la rondeur du son à celle plus cristalline des cordes en nylon.

Il est conseillé de ne pas se précipiter à acheter un instrument et de préférer la location au moins pendant quelques mois pour être sûr de son choix.

Demandez l’avis d’un professeur avant de vous lancer, ou allez faire un tour en magasin spécialisé ; un bon vendeur saura vous conseiller.

Évitez à tout prix l’achat d’un instrument à un prix défiant toute concurrence sur internet.

Cela pourrait s’avérer n’être rien de plus qu’un malheureux objet de décoration.

Les magasins qui pourront vous conseiller :

  • Le magasin de la harpe, 3 rue du général Lanrezac, 75017 Paris.
  • L’Instrumentarium, 35 rue Fondary 75015 Paris, spécialisé dans les harpes Salvi et Lyon et Healy.
  • Les harpes Camac, 8 rue Petit 75019 Paris et La Richerais, 44850 Mouzeil (près de Nantes) où vous pourrez visiter leur fantastique atelier de fabrication.

Où trouver un bon professeur ?

En France, nous avons la chance d’avoir de très bons professeurs de harpe dans de nombreuses écoles de musique et conservatoires.

Il y en a certainement un près de chez vous.

Et si ce n’est pas le cas, pourquoi ne pas envisager un cours avec un professeur de temps en temps et des cours en visioconférence le reste du temps ?

Certains pourront vous le proposer.

Et si je veux d’abord essayer tout seul ?

Vous êtes au bon endroit.

Sur ce site vous pourrez suivre les modules de cours d’initiation, en apprenant avec de bonnes bases.

En plus de ces cours, des vidéos gratuites vous permettront d‘apprendre par imitation des morceaux traditionnels.

Est-ce qu’on peut jouer des morceaux tout de suite quand on débute la harpe ?

Oui, tout de suite ! Des morceaux très faciles, bien sûr. Votre professeur, en a des tonnes à vous proposer !

Quel style peut-on aborder au début ?

 Je dirais tous les styles, du moment que l’écriture est adaptée au niveau, c’est-à-dire simplifiée au début.

Cela peut être un morceau du folklore, une danse, un extrait d’un air classique, un morceau méditatif, ou bien gai et enjoué… a moins qu’il ne soit mystérieux, de style contemporain ou carrément rythmique !

En cours on joue seul ou à plusieurs ?

Généralement un cours est individuel pour corriger la technique, suivre la progression de chacun, mais selon les professeurs et les structures d’enseignement, il peut y avoir la possibilité d’une partie de cours en ensemble, et même si ce n’était pas le cas, il est toujours bon d’écouter les autres.

Peut-on jouer rapidement avec d’autres musiciens ?

Oui, tout dépend des morceaux choisis, mais c’est tout à fait possible dès le début.

Quel est le répertoire de la harpe ?

 Vaste sujet… il ne reste aucune trace de la musique à ses origines.

Certains harpistes ont adapté des mélodies allant du Moyen Age à la Renaissance.

L’ère baroque avec ses harpes doubles et triples nous a laissé peu de musique écrite, car l’instrument avait plus un rôle d’accompagnement en basse continue.

Il existe cependant de nombreux arrangements pour la harpe.

Le vrai répertoire de la harpe a commencé en Irlande avec O’ Carolan au XVIIe et XVIIIe siècle.

Celui-ci a véritablement écrit pour la harpe irlandaise de très nombreuses pièces, mais la plupart du temps, seule la mélodie était écrite.

C’est en France, vers le milieu du XVIIIe, à l’époque de Naderman, Bochsa, Boieldieu, que le répertoire s’est enrichi, pour atteindre son vrai développement à partir de la création de la harpe à double mouvement, en 1810 par Sébastien Erard. La harpe a connu sa « renaissance » dans l’ère Romantique.

Des compositeurs comme John Thomas ou encore Parish-Alvars, grand harpiste et compositeur gallois, vont hisser la harpe au rang d’instrument virtuose.

La harpe prend sa place définitivement dans l’orchestre, l’opéra, le ballet, après 1830, notamment avec Berlioz et sa célèbre Symphonie fantastique avec six harpes dans l’orchestre !

Le répertoire délicat de la harpe évolue en même temps que le courant impressionniste des peintres, grâce notamment à ses effets subtils de bisbigliandi et de glissandi, et autres couleurs que vont révéler Debussy et Ravel dans leurs pièces concertantes, respectivement « Danse sacrée et danse profane » et « Introduction et Allegro ».

Marcel Tournier, Marcel Grandjany, Alphonse Hasselmans, Carlos Salzedo, furent autant de géniaux harpistes que de merveilleux compositeurs mettant en valeur l’instrument et l’interprète.

Je ne cite là que les plus marquants de notre école de harpe française, berceau de la harpe à pédales. Mais je vous invite à partir à la recherche des œuvres pour harpe sur le web.

L’instrument a traversé le XXe siècle, a fait une incursion dans le jazz et continue son évolution à travers la créativité des générations montantes.

Si j’ai des questions, des doutes, besoin de renseignements ?

N’hésitez pas à me contacter, je me ferai un plaisir de vous répondre.
Pour revenir aux modèles les plus courants, en voici un bref descriptif :

La harpe celtique

Le plan des cordes est diatonique : DO, RE, MI, FA, SOL, LA, SI, DO.
Les DO sont rouges et les FA sont bleus (parfois noirs). Ils servent de repères pour les autres cordes.
Tous les crochets baissés, la harpe est accordée en MIb. Donc pour jouer en DO majeur (la gamme que vous connaissez tous), il faut lever les crochets : SI, MI et LA.

Les crochets (ou palettes, ou leviers) servent à faire les demi-tons, c’est à dire à hausser ou baisser d’un demi-ton chaque corde.

Deux positions de crochets par corde sont possibles.
On peut donc avoir :

  • Do, Do#
  • Ré, Ré#
  • Mib, Mi
  • Fa, Fa#
  • Sol, Sol#
  • Lab, La
  • Sib, Si

Les différentes parties :

  • La console
  • Les crochets, ou leviers ou palettes
  • Les chevilles
  • Les cordes
  • La table d’harmonie
  • La caisse de résonance
  • La colonne
  • Le socle
  • Les pieds

La harpe celtique peut avoir un nombre variable de cordes selon la taille. On peut trouver des modèles allant de 22 à 38 cordes. Le modèle standard est celui de 34 Cordes.
Chaque corde a un numéro et un calibre que l’on compte en partant de la plus aigue, vers la plus grave.

Les cordes de la harpe celtique (pour une harpe de 34 cordes) :


Selon les modèles :

  • Harpe montée avec des cordes en nylon : La 1 à Ré 26 en nylon, puis Do 27 à Do 34 en métal filé.
  • Harpe montée avec des cordes en boyau fin : La 1 à Mi 4, en nylon, puis Ré 5 à Ré 26 en boyau fin, puis Do 27 à Do 34 en métal filé.
  • Harpe montée avec des cordes en boyau standard : La 1 à Mi 4 en nylon, puis Ré 5 à Ré 26 en boyau standard, puis Do 27 à Do 34 en métal filé.
  • Harpe montée avec des cordes en carbone : La 1 à Ré 26 en carbone, Do 27 à Do 34 en métal filé.

La harpe à simple mouvement

Selon les modèles, elle possède une quarantaine des cordes, ainsi que 7 pédales qui permettent de faire les mêmes altérations que la harpe celtique. Cet instrument est antérieur à la harpe à double mouvement (harpe à pédales classique). Il est considéré de nos jours comme un intermédiaire entre la harpe celtique et la grande harpe. Son intérêt est davantage économique que musical. Les mains sont libérées des contraintes des crochets, mais sa restriction harmonique est limitée aux tonalités allant de 3 bémols à 4 dièses.
Elle est montée en cordes filées en métal pour les graves, en boyau standard pour les médiums et les aigus, et en nylon pour les plus petites.

La grande harpe, ou harpe à pédales (ou à double mouvement)

Les pédales sont reliées à des disques tendeurs munis de fourchettes, placées sur deux rangées, en haut des cordes. Chaque pédale est reliée à toutes les cordes jouant la même note.
Par exemple : La pédale du MI actionne tous les MI en même temps. Quand la pédale est positionnée en haut, tous les MI sont bémols (baissés d’un demi-ton), la pédale au milieu, tous les MI sont naturels (ou bécarre), la pédale en bas, tous les MI sont dièses (haussés d’un demi-ton par rapport à la note naturelle).

Les cordes de la grande harpe :

  • De Sol 00 à Fa 7 : en nylon
  • De Mi 8 à La 33 : en boyau standard
  • De Sol 34 à Do 45 : en métal filé

Le plan des cordes est identique à celui de la harpe celtique ou à simple mouvement.
Elle possède 47 cordes, bien que l’on trouve quelques modèles d’étude à 40, 44, et 46 cordes.

Les notes sont altérées au moyen de 7 pédales, une pédale pour chaque note.
Chaque pédale a trois positions : en bas (dièse), au milieu (bécarre ou naturel), en haut (bémol). Elle peut être fixée dans chaque position par des crans en escalier.

Position des pédales : ré bécarre, do bécarre, si bémol, mi bémol, fa dièse, sol bécarre, la bémol

Position des fourchettes : do bécarre, ré bécarre, mi bémol, fa dièse, sol bécarre, la bémol, si bémol